Sage comme une image de Tan Hagmann

sage-comme-une-image

Editeur : Textes Gais

Résumé :

Erik Jorgensen, Consul du Danemark à Paris, reçoit chez lui Joren Hässel, un auteur compatriote, qui vient de recevoir un important prix littéraire français. Le fils du consul, Kristian, un lycéen déluré, tombe sous le charme de cet auteur dont il a lu le dernier roman. Joren Hässel n’est pas insensible aux provocations de ce dernier. Il devient l’amant du jeune homme et devra gérer au mieux, une relation qu’il juge gênante, si ce n’est coupable, et un adolescent difficile à tenir.
Sage comme une image met en scène une relation entre un mineur et un adulte. Il est possible que le thème de ce roman puisse choquer certaines personnes. Toutefois, il n’y a dans ce livre aucune complaisance, aucune apologie, juste une histoire qui s’appuie sur des faits réalistes.

Mon avis :

Tout d’abord je tenais à remercier Tan Hagmann pour cet envoi qui est la première étape de son long voyage. En effet il faut partir des livres itinérants.

En échange de cette itinérance (Sage comme une image est venu jusqu’à moi (dans l’Allier) depuis Paris, maintenant il va voyager jusqu’en Essone), Tan demande à chacun de mettre l’extrait que l’on a préféré dans le livre, voici donc le mien :

Mais qui était-il pour prétendre refuser l’amour qu’on lui offrait ? Lui, qui toujours trouvait que le monde en manquait. L’homme ferma les yeux pour ne pas voir ce qu’il était en train de faire et, comme on prend une bastille, prit la bouche de l’adolescent. Se délectant de la saveur fruitée de ses lèvres, Joren Hässel, s’attendait à ce que tout autour de lui s’écroulât, se sentit fort et heureux.

Si tout maintenant devait s’arrêter, si le monde pour avoir cru qu’ils pouvaient vaincre la fausse morale et les préjugés décidait de les punie, il leur resterait cet instant, que plus personne ne pourrait leur enlever.

Mais rien n’arriva. Les gens autour d’eux continuaient de vaquer à leurs affaires. Et le sourire du gosse, le contemplant, était plus tendre que jamais. Radieux.

Pourquoi est-ce mon passage préféré ? Tout simplement parce qu’il évoque les préjugés et comme chacun sait les préjugés remplissent notre vie. Qu’ils viennent de notre part ou que nous en soyons victimes. De plus, c’est le moment où Joren cède littéralement à Kristian et j’ai trouvé cela beau.

Maintenant place à mon avis 😉

Ce roman n’est pas un roman comme les autres pour bien des points.

Nous sommes plongés au cœur de la vie de Kristian, un jeune garçon de 15 et demi, qui a eu une enfance difficile, et là on est loin d’imaginer quelle a été cette enfance. En effet, ces parents n’ont jamais su comment l’aimer. Par moment on ressent le mal-être de Kristian alors qu’à d’autres passages, on voit un adolescent très mature.

Kristian va rencontrer Joren lors d’un dîner chez ces parents. Et à partir de ce moment là, la vie de ces 2 êtres va être confrontée à bien des questionnements.

Le plus troublant dans ce livre c’est de voir l’évolution de chacun.

Certes dans le roman Kristian est l’enfant, mais il n’est plus si enfant, il est plutôt un grand adolescent. Le fait d’utiliser le mot enfant ne peut que nous influer dans notre pensée les plus profondes sur la pédophilie. Je ne sous-entends absolument pas que ce livre a pour thématique la pédophilie, mais simplement que les mots utilisés m’ont guidé vers cette pensée.

Du côté de Joren, qui lui est l’adulte, on voit bien qu’il est confronté au qu’en dira-t-on. C’est pour quoi il a du mal à assumer ces actes et à ne pas se cacher. Mais comme chacun sait : Le cœur a ses raisons que la raison ne comprend pas.

Du côté de Kristian, il ne souhaite pas se cacher, il assume tout à fait ce qu’il est et qui il aime. Mais je dirai que dans ce sens c’est beaucoup plus facile. Par conséquent il drague et séduis l’auteur ouvertement.

J’ai apprécié sa lecture de part son sujet délicat. Le style de l’écriture est très intéressant car il nous plonge véritablement dans les hautes sphères de la société.

Tan a une plume très poétique, très douce.

Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains tant le sujet est déroutant, perturbant, bascule notre façon de penser.

En mot de la fin, je rajouterais que même si notre conscience nous dit qu’un adulte ne doit pas aimer un adolescent (et je ne parle pas d’un adulte de 20 ans bien sûr mais d’un adulte quarantenaire), qu’en est-il dans la réalité ? Nous ne pouvons rien contre les sentiments. L’amour ne se commande pas.

Retrouvez les livres de Tan Hagmann ici

19 réflexions sur “Sage comme une image de Tan Hagmann

  1. Renée dit :

    Je n’avais pas vu ton avis, voilà qui est fait. Comme toi je suis un peu remuée par ce livre. On ne reste pas indifférent et même si on comprend que l’amour n’as ni âge ni sexe, cela reste perturbant car c’est un adulte et un enfants même si cet enfants et déjà très mature….Bref, je comprend le sentiment mais le réprouve en même temps du moins sur le plan sex, pas sur le plan sentiment..étrange non? Bisous

    J'aime

  2. Canelle Bretagne dit :

    Bonjour
    C’est Renée qui m’a dirigée vers toi
    Son article concernant ce livre m’a beaucoup interpellé et me donne envie de le lire
    Pour moi l’amour ne se commande pas et si on jugeait moins et qu’on essayait de comprendre le pourquoi des choses on ne serait peut être pas choquée en lisant ce genre de livre
    Merci à l’auteur d’avoir abordé ce sujet
    Bonne journée à toi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s